browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Retour vers le futur

Posted by on 2 janvier 2016

back44 mois plus tôt – Nous quittions Montréal après avoir passé une nuit dans un hôtel 4 étoiles, preuve que le voyage est bien terminé. Accompagnés à l’aéroport à bord de notre Ford Windstar par Malo, breton de souche et québécois d’adoption, rencontré par hasard au Guatemala et qui a naturellement racheté notre véhicule. Quand back1l’Univers conspire… Avec nos 163kgs de bagages, Claude n’était pas de trop pour nous convoyer. Lise a eu ainsi la possibilité de dire au revoir à son parrain juste avant qu’il n’aborde lui aussi un grand tournant dans sa vie. Dans l’avion, nous sommes pris par un étrange sentiment. Alors qu’au début du voyage nous n’avions aucun plan de route, aucun parcours défini, c’est pourtant sur le retour, vers ce lieu que nous connaissons, que nous avons davantage l’impression de partir vers l’inconnu.

back27En décalage – Il n’y a pas que le changement d’horaire qui perturbe. A part le fait que certaines personnes se sont à peine rendu compte que nous étions absents, le plus étonnant a été les questions du type : « Ca s’est pas bien passé, hein ? Allez, dites le nous ! », ou back15encore les exclamations : « Bienvenue dans le monde réel ! ». Et nous qui pensions que notre voyage, que dis-je, notre vie, n’était pas qu’un rêve… Allez, rassurez-vous, ça a été extraordinaire. Et vous savez back38quoi ? Nous recommencerons. Quant au monde réel, à chacun le sien.

Flash back – Nous avions dans l’idée de parcourir des sites magnifiques et d’y rencontrer quelques personnes. Ce fut finalement un voyage de formidables rencontres agrémentées de beaux paysages. Nous avons souvent back46entendu : « Quelle chance vous avez ! » Ce n’est que la concrétisation d’une envie, celle de vivre en famille chaque petits instants, de profiter du moment présent et de toucher du doigt la liberté. Pour cela, nous avons vendu maison et voitures, quitté nos travails, abandonné cette pseudo sécurité qui finalement nous empêche souvent de nous réaliser et d’être libre.

Alors, pourquoi revenir ? – Premièrement, nous n’avons pas trouvé notre petit coin de paradis où nous serions restés quelques années. Et pourtant, back52nous avons hésité. Mais, en se posant les bonnes questions, nous ne l’avons juste pas senti à ce moment là. Rentrer, c’est en quelque sorte une solution de facilité. A tous ceux qui voyagent avec une famille plus nombreuse que la nôtre et surtout plus longtemps : back39chapeau bas ! Après 1 an et demi, nous étions tout simplement vidés. Peut-être que si Lise était plus âgée et Eva autonome à 120% avec le CNED, ça aurait été différent. En tout cas, nous n’imaginions pas poursuivre davantage car l’aventure a fait place à un besoin de stabilité.

Bilan – 47.000kms parcourus dont 38.000kms en VR. Aucune crevaison et seulement deux pannes minimes. SlideAvec 120 litres d’eau en réserve nous avons réussi à tenir au mieux 6 jours sans se ravitailler. Cela fait 5l d’eau par personne, alors que la consommation moyenne d’un français est de 200 litres par jour (500l pour un back54américain !). Notre sentiment de richesse était à son comble quand nous étions plein en eau, gaz, essence et vide en eaux usées.

Au niveau du budget, nous avons dépensé environ 3.000€ par mois dont 500€ en essence et près de 1.000€ en assurances/billets d’avion/autres transports/hôtels et …garde du chat. Question santé, à part back23une dose de chikungunya au Salvador, rien à signaler. Eva et Lise sont davantage tombées malades en retournant à l’école. De l’autonomie et de la débrouillardise pour nos filles, des centaines de souvenirs – des sommets enneigés aux plages désertes – des rencontres incroyables et des amis pour la vie. Le bilan est très positif, le compte en banque un peu moins…

Et maintenant – Après un retour difficile dû a un certain syndrome du voyageur, il est temps de se poser les bonnes questions : mettre le doigt sur ce qui nous attire et nous intéresse nous révèlera vraiment. Nous back55pensions qu’un lieu de vie plus agréable serait l’élément moteur de notre épanouissement. Mais, un peu comme dans « l’alchimiste », nous avions emmené notre trésor avec nous. Sophie est déjà sur les rails car, une semaine après notre retour, elle a repris une formation back31en mémoire cellulaire complétant ainsi ce qu’elle avait commencé. Quant à moi, je suis encore sur le quai à essayer d’analyser les projets avec lesquels je suis revenu sans savoir vraiment s’ils m’appartiennent. Pas facile de se connaître, de faire ce qui est bon pour nous et d’arriver jusqu’à l’accomplissement de soi. Comme back45disait Spinoza, le bonheur est de réaliser sa nature profonde. La voilà notre nouvelle aventure.

Par procuration – La route, c’est comme une drogue. Quand on y a gouté, impossible de ne pas prendre une dose de temps en temps. Installés dans notre fauteuil nous continuons de suivre les blogs de ceux qui sont back29encore en chemin. Mais, bien au chaud dans notre confort standard retrouvé, nous savons que le véritable luxe se trouve dans le voyage qui, avec cette liberté et les imprévus qu’il nous confère, nous permet de vivre pleinement chaque instant.

back40Happy 2016, et surtout…voyagez !

back47

back44

back36

back19

back49

back51

back48

back56

back61

back57

11 Responses to Retour vers le futur

  1. Marina

    Merci d;avoir fait ce blog, ça nous a permis de voyager un peu aussi, de rêver. Belles photos et bons texte. Super… Mais c’est vrai que ça manque un peu du coup. J’aimais bien moi ce feuilleton! 🙂

  2. Mario

    Très beau texte comme d’habitude !
    Bonne chance avec vos projets futurs – et content de vous avoir ici !!!
    Des bisous et de la joie x 2016 !

    • Disney

      « fio-irbéllca »Ã‰ um trocadalho resultante do nome de uma série televisiva de um canal televisivo pocilgoso local. Chamava-se Floribela, e andava às voltas com as atribulações proto-clitóricas de umas quantas teeanagers.Deu broncas até dizer chega. Houve escolas em que foi necessário proibir-se a troca de línguas no recreio para tentar reduzir o número de gravidezes em adolescentes pela idade de 12.Nota final: não era pela língua que engravidavam.

  3. Horbez Cat

    Suis d’accord avec Marina, j’adorais ce feuilleton qui m’a permis de voyager loin de vous mais avec vous.

    Merci pour ces quelques lignes qui concluent cette aventure là, je les trouve vraies et émouvantes.

    En tous cas je suis heureuse de vous avoir retrouvé, encore plus riches qu’avant (je ne parle pas du compte en banque).
    Notre aventure amicale continue et c’est cela l’essentiel.

    Bises à vous deux et vos adorables fillettes.

  4. Ivan

    Une belle, douce, hereuse et lumnieuse année à vous. Merci de nous avoir persmis de vous suivre pendant ce somptueux périple. Je me doute bien que l’atterrissage n’est pas le simple après avoir ce retour, mais je sais au fond de moi que n’est qu’une étape avant un redémarrage. En tout cas vous en êtes que d’autant plus riche dans vos coeurs et vos yeux et ça n’a pas de prix. Alors bonne route pour cette nouvelle année et à bientôt j’espère pour un moment de partage amicale en chair et en os. Je vous embrasse fort.

  5. Caro et Laulau

    Nous avons suivi votre camping car story avec enthousiasme. Grâce à vous, nous en avons pris plein les yeux mais aussi plein le coeur. Et nous sommes devenus accro de vos textes nous faisant aimer, pour une fois, l’histoire-géo !
    Merci pour tout ça, merci pour ce dernier texte très touchant. Nous sommes heureux de vous revoir et l’aventure de la vie continue.
    A très bientôt et gros bisous à vous 4

  6. M line

    Merci pour ce merveilleux partage de vie et d experiençes extraordinaires. Vous avez la chance d avoir pu rêver et concrétiser un désir de voyages et découvertes ensemble cela n est pas aussi évident pour tous.
    Je ne doute pas que vous trouverez votre petit coin de paradis en son temps et ne manquerai pas de vous accompagner en image.c est déjà cela!
    Je suis très heureuse pour vous
    Tout mes vieux et bon vent pour vos prochains voyages
    M line( une fille de la lune)

    • Rosa

      Wiem 🙂 Jest tego trochÄ™ na YT :)Ja jednak robiÄ™ wszystko sam od poczÄ…tku i na Raspberry Pi, nie Arduino. Sam wymyÅ›liÅ‚em jak to oprogramować w C, aby to dziaÅ‚aÅ‚o, parser plików midi z prostym sekwenserem też sam piszÄ™ do tego.Przede wszystkim robiÄ™ to hobbystycznie – dla przyjemnoÅ›ci i aby siÄ™ czegoÅ› nauczyć. Nie muszÄ™ wcale być w czymÅ› &#erp0;2i82wszy”, aby to robić 🙂

  7. eric

    hello a vous
    merci pour le partage en toute transparence et sincérité. Nous permettre d’entrer dans votre intimité, et par votre témoignage stimuler à chacun d’entre nous, comme je le ressens, de réaliser son aventure ex/in-térieure en s’autorisant à aller au delà de nos limites.
    Ce dont vous faites preuves c’est de maturité pour réaliser votre propre musique, elle vous appartient, et quelque chose me dit que vous l’accorderez.
    Plus le joyau est pur, plus il faut de temps pour le faire apparaitre, je vous souhaite que l’alchimie fasse son œuvre.
    AHO

  8. Houdy family

    On ne voyage bien qu’avec au moins deux sacs : un pour donner, un pour recevoir. La belle soirée passée ensemble dans les Rocheuses, le vin et le repas que vous nous avez offerts, restent un souvenir fort de notre début de périple après plusieurs jours en mode repas déshydratés accompagnés d’eau, certes fraîche. Et à voir vos 163kg de bagages, vous n’avez pas que donné!
    Quant aux détours de la vie, nous aimons à nous rappeler Tolkien : ceux qui errent ne sont pas toujours perdus. Nous vous souhaitons de beaux rêves de voyage pour 2016.

  9. Rico

    Bein! Apéro?!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *